Once upon an End
Ce forum n'a jamais été et ne sera jamais ouvert au public. C'est un forum privé où seules les personnes qui y sont conviées peuvent s'inscrire. Il existe des tas de bons forums, nous vous proposons de passer votre chemin pour vous y rendre. Merci de votre compréhension.


our words, our worlds
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [CLOTURE] I am in misery There ain't nobody [Lou & Stef RP2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

PELOTE ♡ I've found a reason for me

ღ╭ Stefan P. Oliver ╮ღ


☆ MESSAGES : 16
☆ ARRIVE(E) DEPUIS : 17/05/2015
☆ EMPLOI DU PERSONNAGE : Libraire
☆ PARTICULARITE : Un loup garou doublé d'un sorcier
MessageSujet: [CLOTURE] I am in misery There ain't nobody [Lou & Stef RP2]   Mar 17 Mai - 21:40



Chacun de nous est une lune, avec une face cachée que personne ne voit


Durant la semaine qui suivit leurs retrouvailles, les portes de la boutique de Stefan restèrent closes. Il resta enfermé la journée tel un ermite reclus de la société, il voyait bien les habitués de la boutique, qui regardaient à l’intérieur cherchant la cause de la fermeture inexpliqué. En temps normal quand il partait en voyage il les prévenait. Le soir il se transformé en ce loup magnifique qui faisait partie de lui. Pour une fois c’est la partie animal qui prenait le dessus, c’était pourtant rare, mais ça lui  faisait du bien il ne pensait plus à rien dans ces moment-là.
De plus un problème se posait à lui samedi arrivait rapidement et Luna devait lui présenter sa… Famille. Il avait encore du mal à s’y faire, mais il y avait aussi beaucoup réfléchit, se replongeant des heures dans ses souvenir. Petit à petit leur jeu reprenait le dessus. Il n’allait pas s’avouer vaincu aussi rapidement, ça ne lui ressemblait pas. Le point noir de cette soirée n’était pas la rencontre avec la petite famille (ça il pouvait l’encaisser), mais le fait qu’à tout moment il pourrait se transformer en pleins milieu du repas. Et oui ce samedi coïncidait parfaitement avec la pleine lune. Mais s’il le voulait de toutes ses forces il ne pourra pas empêcher la transformation de se produire. Forte heureusement ça faisait des siècles qu’il arrivait à se contrôler même si ces nuit-là il préférait s’isoler et gambader dans la forêt à la lune.
Il n’y avait pas 36 solutions, il allait y allait mais ferait en sorte de s’éclipser avant que cela se produise, quitte à peut-être vexer la princesse et sa petite famille.    
Le jour J était arrivé plus vite qu’il ne l’aurait voulu, mais il était là. Il avait tout prévu acheté un bouquet pour madame, une bouteille d’un très bon vin pour monsieur et des confiseries pour les enfants. Il s’était bien habillé pour l’occasion, il fallait faire bonne impression, enfin non son but était de faire craquer la belle blonde, tout comme elle savait si bien le faire surtout en mettant une robe échancrée au niveau du dos.
Elle n’avait pas donnée d’horaire seulement un « Je passerai te chercher disons … samedi ça te va ? » et avait disparu. Il baissa ses yeux sur sa montre, il était 18h30, elle allait surement pas tarder.



Code by B-NET (c)

~Welcome on my mind~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
C’est comme ça qu’on a gagné la partie. Ensemble. Heureux. Et là, au fond du béton, on a enfin partagé notre rêve d’enfant : le rêve d’un amour sans fin...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Stefan P. Oliver le Mar 17 Mai - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

NAO ♥ Love Is A Dangerous Game To Play

ღ╭ Louane de Médicis ╮ღ


☆ MESSAGES : 18
☆ ARRIVE(E) DEPUIS : 14/04/2013
☆ EMPLOI DU PERSONNAGE : Protectrice des Phoenix du monde entier
☆ PARTICULARITE : Est un des plus puissants Phoenix
MessageSujet: Re: [CLOTURE] I am in misery There ain't nobody [Lou & Stef RP2]   Mar 17 Mai - 21:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am in misery There ain't nobody
Le plus difficile dans le poker, c’est de poser les cartes et de quitter la table.



Louane s’était rongé les ongles toute la semaine. Elle s’était tellement plongée toute seule dans son mensonge qu’elle ne savait pas du tout comment elle allait en sortir. Tout était allé tellement vite. D’abord, il avait fallu qu’elle accepte le fait que Stefan était bel et bien vivant, qu’il était là, à quelques rues de l’endroit où elle avait élu domicile… Et cette première étape lui avait déjà pris pas mal de temps. Sa logique n’était pas d’accord avec ce qu’il s’était passé, elle avait longtemps cru qu’elle avait rêvé tout cela. Puis finalement, elle avait fini par s’avouer vaincue et par accepter le fait qu’il était là, enfin… Ensuite, il avait été difficile aussi pour elle de savoir ce qu’elle voulait. Lui dire la vérité ? Qu’elle l’aimait ? Qu’elle en avait marre du jeu, qu’elle voulait profiter de cette nouvelle chance qu’on leur donnait ? Ils avaient tant gâché de possibilités d’être ensemble qu’elle avait peur que celle-ci ne leur passe entre les doigts aussi. Et s’il disparaissait de nouveau ? Si l’un d’eux avait un problème et devait encore fuir ? S’en relèverait-elle encore ? Jusqu’à quel point serait-elle capable d’encaisser toutes ses séparations ? Toutes ces questions la tracassaient depuis ses retrouvailles avec Stefan.

Et voilà qu’elle lui avait fait croire qu’elle était mariée. Et qu’elle avait des enfants par-dessus tout ! Comment en était-elle arrivée là ? C’était la femme frustrée et blessée qui avait parlé à ce moment là, qui avait parlé beaucoup trop vite d’ailleurs. Elle s’était sentie obligée de lui claquer cela. Comme pour lui reprocher d’avoir fonder sa famille à lui à l’époque. Il l’avait abandonnée, il l’avait fait souffrir, elle voulait lui renvoyer la balle. Mais d’un autre côté elle savait pertinemment qu’elle allait souffrir aussi si elle le laissait partir par vanité. Elle était encore plus perdue qu’avant. Disons que sa vie était un enfer depuis bien longtemps et qu’elle avait fini par l’accepter. Mais savoir que Stefan était encore en vie… cela changeait tout. Son cœur lui criait de tout abandonner de tout laisser en plan et de s’enfuir avec lui. Mais elle ne pouvait pas faire cela. Elle ne pouvait pas car d’une part, elle avait des obligations, elle se devait de protéger son peuple, et d’autre part elle savait qu’alors, si elle lui avouait vouloir s’enfuir avec lui, il gagnerait ce jeu qui durait depuis si longtemps. Mais que faire ?? Perdre pour pouvoir profiter du restant de ses jours avec lui, ou continuer de le perdre lui pour gagner le jeu ? La logique et son cœur auraient souhaité que la première solution soit la bonne. Seulement voilà, elle n’avait jamais été sûre, elle n’était pas sûre et ne serait jamais sûre des sentiments de Stefan. Toute sa vie, toute son existence autour de lui n’avait été que doute et cela ne changeait pas pour autant maintenant. Elle s’était toujours attendue à ce qu’il se sauve en riant pour ne plus jamais revenir une fois qu’il aurait gagné. C’est comme si elle l’avait toujours connu sans jamais vraiment tout savoir de lui, comme si un part de sa personnalité était restée à jamais cachée et qu’elle ne pourrait jamais la percer…

Et alors qu’elle tournait en rond dans l’immense suite d’hôtel où elle vivait actuellement, Luna, son double, finit par lui attraper le poignet pour lui demander de se calmer car elle lui donnait le tournis…. Lou la fusilla du regard puis finit par se laisser tomber sur une chaise. Tout lui avouer et perdre ou continuer le mensonge ? Elle grogna, se leva et partit dans sa garde robe pour enfiler une jolie robe courte. Elle n’avait pas vraiment l’habitude de ce genre de tenue à moitié dénudée, mais elle essayait tant bien que mal de s’adapter aux modes d’aujourd’hui. Elle enfila donc la robe couleur cyan qui suivait avec ses yeux et se brossa rapidement les cheveux. Elle enfila des chaussures mais pas à talons, ça elle n’aimait pas. Puis elle appela une limousine et partit vers la boutique de Stefan. Sur la route, elle ne savait toujours pas quelle décision elle allait prendre. Elle continuait de se ronger les ongles d’angoisse quand tout à coup, sa situation la fit sourire. C’était drôle de voir que sa relation avec Stefan la mettait toujours dans le même état que lorsqu’elle était petite fille et qu’elle le retrouvait dans la rue pour  jouer avec lui. Comme si tout à coup, tout ce qu’il se passait dans le monde n’avait plus aucune valeur et que seul comptait le sourire de Stefan.

La voiture s’arrêta bien vite, Lou n’avait pas vu passer la route. Elle soupira et sortit devant la boutique qu’elle jaugea du regard puis enfin, elle entra dedans sans frapper. Elle se passa la langue sur les lèvres et avança à travers le lieu jusqu’à le trouver. Elle lui sourit, presque timidement, et finit par prendre la parole après l’avoir longuement regardée, éboulie par son physique, comme elle l’avait toujours été :

« Euh… je… »

Perdre ou gagner ? Perdre le jeu, perdre sa fierté ou perdre Stefan encore une fois ?
Elle toussota.

« En fait, je t’ai menti, je n’ai pas de famille. Enfin, pas vraiment. Disons que j’ai une immense famille à protéger, mais ce n’est pas la famille au sens où tu l’entends alors… pardon de t’avoir menti mais tu comprends, je… j’étais déboussolée et… »

Léger soupir.

« Enfin bref, la voiture est devant, j’ai réservé un restaurant… »

Nouveau sourire, cette fois moins timide. Elle lui lance un regard comme pour le défier de se moquer d’elle. Elle n’était pas d’humeur mais en même temps il n’en avait toujours fait qu’à sa tête alors pourquoi changerait-il ses habitudes maintenant ? Lou partit vers la rue et entra dans la limousine quand le chauffeur lui ouvrit la porte. Une fois à l’intérieur, avec Stefan, elle regarda quelques secondes par la fenêtre avant de reprendre la parole.

« J’aurais pourtant aimé avoir un homme à te présenter, simplement pour que tu ressentes ce que j’ai ressenti à l’époque… »

Elle se mordit l’intérieur de la joue mais ne rajouta rien là-dessus. Elle se contenta de continuer :

« Je veux récupérer la boîte, quel est mon défi ? »

~Welcome on my mind~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I'm a blue phoenix. I juste wanna live my life. Don't be a hope. I'm a blue phoenix.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

PELOTE ♡ I've found a reason for me

ღ╭ Stefan P. Oliver ╮ღ


☆ MESSAGES : 16
☆ ARRIVE(E) DEPUIS : 17/05/2015
☆ EMPLOI DU PERSONNAGE : Libraire
☆ PARTICULARITE : Un loup garou doublé d'un sorcier
MessageSujet: Re: [CLOTURE] I am in misery There ain't nobody [Lou & Stef RP2]   Mar 17 Mai - 21:47



Chacun de nous est une lune, avec une face cachée que personne ne voit


Un dernier regard dans le miroir à l’autre bout de la pièce, lui indiqué que malgré tous ses efforts il avait une mine affreuse. A vrai dire il ne dormait plus beaucoup ces derniers temps, de plus les transformations à répétition impactait sur son organisme et la pleine lune de ce soir n’arrangeait pas les choses. Encore un regard à sa montre, 18h45 et toujours personne… il était planté là debout en plein milieu de sa boutique, le regard rivé sur la porte d’entrée, un bouquet de magnifiques roses rouge dans une main et dans l’autre les confiseries et la bouteille. Son esprit allait à 100 à l’heure impossible de réfléchir, les émotions se bousculaient à toutes les portes. L’astre qui allait se lever dans quelques heures avait déjà une emprise sur lui et il ne pourra pas y échapper. Un sourire se dessina sur ses lèvres, il s’imaginait la réaction de toute la petite famille si il ne sortait pas à temps et se transformai en plein milieu du salon.
L’ouverture de la porte d’entrée le fit sortir de sa rêverie, c’était elle ! Elle était toujours aussi magnifique et sa robe cyan allait à merveille avec ses yeux. Il lui sourit, elle répondu timidement, elle avait l’air gêné :
« Euh… je… »
Un regard interrogateur se dessina sur le visage de Stefan. Il regarda derrière la blonde cherchant du regard l’homme qui partageait dorénavant sa vie, son rival potentiel, mais personne il avait dû rester, à la maison avec les enfants.
Il lui tendit le bouquet de fleur et elle prit enfin la parole :
« En fait, je t’ai menti, je n’ai pas de famille. Enfin, pas vraiment. Disons que j’ai une immense famille à protéger, mais ce n’est pas la famille au sens où tu l’entends alors… pardon de t’avoir menti mais tu comprends, je… j’étais déboussolée et… »
A cette annonce son cœur avait fait un bon tellement brusque qu’il avait l’impression qu’il allait sortir de sa poitrine. Pas de famille… pas de mari… pas d’enfants… Il avait envie de se jeter sur elle de l’embrassait, lui dire qu’il l’aimait, mais il ne pouvait pas faire ça. Ça avait toujours été compliqué entre eux… trop compliqué, il se disait que si le jeu s’arrêtait elle ne pourrait l’aimais, elle lui échapperait une nouvelle fois. Au fond de lui il avait quand même envie d’arrêter le jeu de lui dire ce qu’il ressentait pour elle, ce qu’il ressentait vraiment, lui expliqué que pendant des centaine d’année il s’était lancé à sa recherche n’acceptant pas qu’elle ait pu disparaitre de ce monde et que lui soit resté sur cette terre.
Un sourire malicieux fendit son visage et la malice emplit ses yeux :
« Pas besoin de ça alors, à moins que tu aies une petite faim ou qu’un verre de vin te tente »
Elle soupira :
« Enfin bref, la voiture est devant, j’ai réservé un restaurant… »
Elle lui sourit franchement cette fois et son regard de défit habituelle revint sur son visage. Il lui répondit mais son sourire était crispé. Avait-elle bien dit le mot restaurant ? Une sueur froide lui parcourut le dos et il tentât de contenir les tremblements qui agitaient ses mains. Il suivit la blonde qui sortit pour gagner la limousine.
Il n’avait pas pensé à cette éventualité, il espérât que le diner ne sera pas trop long et qu’ils auraient quitté ce lieu publique avant 21H00 moment auquel il ne pourra plus contenir la transformation. Il faudra qu’il trouve une excuse pour s’éclipsé, mais Lou n’allait surement pas apprécier et allait surement le suivre connaissant son caractère.
Une fois dans la limousine Lou brisa le silence qui c’était de nouveau installé :
« J’aurais pourtant aimé avoir un homme à te présenter, simplement pour que tu ressentes ce que j’ai ressenti à l’époque… »
Tout d’abord c’est la tristesse qui traversa son regard et il ressentit comme un coup de poignard dans le cœur. Puis son regard se durci, c’était la bête en lui qui prenait le dessus. Il était très souvent lunatique les soirs de pleine lune et passait brusquement d’une émotion à une autre. Des gouttes perlèrent sur son front et les tremblements de ses mains s’amplifièrent un court instant. Il remercia intérieurement son amie d’enfance de reprendre la parole tout de suite cela lui avait permis de reprendre le dessus et par la même occasion évité de dire des paroles qu’il n’aurait pas pensé et regretté amèrement par la suite.
« Je veux récupérer la boîte, quel est mon défi ? »
Il saisit son sac et en sortit la boite à musique, il réfléchit un court instant, elle allait surement apprendre ce soir son secret au sujet de sa lycanthropie, la peur s’empara un instant de lui. Et si elle ne voyait qu’un monstre en lui… Il ne fallait plus y penser de toute manière, elle l’apprendrait un jour et le plutôt sera le mieux. Il fallait donc mettre les pendules à l’heure, comment elle aussi pouvait être en vie après toutes ces années ? Et qu’entendait elle par ‘une grande famille à protéger’ ?
Il lui tendit la boite et la regarda dans les yeux :
« Je veux tout savoir sur cette mystérieuse famille que tu dois protéger. CAP ou PAS CAP de m’en dire un peu plus ? »
Même quand ils étaient enfants elle ne lui avait rien confié sur sa famille, elle était toujours resté vague et mystérieuse à ce sujet. Il ne pouvait pas laisser passer l’occasion.
La limousine s’arrêta, ils étaient enfin arrivés. Lou donna ses instructions au chauffeur, surement une approximation de l’horaire du retour. Stefan descendit le premier et aida la blonde à sortir. Il l’a suivi ensuite dans le vieux Paris curieux de voir quel restaurant elle avait pu choisir.

Code by B-NET (c)

~Welcome on my mind~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
C’est comme ça qu’on a gagné la partie. Ensemble. Heureux. Et là, au fond du béton, on a enfin partagé notre rêve d’enfant : le rêve d’un amour sans fin...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

NAO ♥ Love Is A Dangerous Game To Play

ღ╭ Louane de Médicis ╮ღ


☆ MESSAGES : 18
☆ ARRIVE(E) DEPUIS : 14/04/2013
☆ EMPLOI DU PERSONNAGE : Protectrice des Phoenix du monde entier
☆ PARTICULARITE : Est un des plus puissants Phoenix
MessageSujet: Re: [CLOTURE] I am in misery There ain't nobody [Lou & Stef RP2]   Mar 17 Mai - 21:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am in misery There ain't nobody
On dit qu'il faut prendre la vie au séreux. Mais quand notre vie est un jeu, doit-on continuer ou périr ?



Son stress était palpable dans la voiture. Lou ne savait pas quoi dire. Ils ne s'étaient pas vu pendant si longtemps qu'elle avait peur qu'ils… ne se connaissent tout simplement plus. Des siècles passés loin l'un de l'autre… Ils avaient pour ainsi dire mûris. Ils avaient beaucoup changés. Elle savait qu'elle était différente. Elle le sentait au fond d'elle même. Sa flamme en elle l'avait changée, elle lui avait permis de prendre de plus ne plus de pouvoir, de devenir puissante. Mais le gain de ses pouvoirs l'avait aussi chargée de lourdes responsabilités. Avec eux étaient atout rrivés d'autres phénix ayant besoin de protection. Depuis, elle n'avait plus vécu pour elle, mais pour l'espèce toute entière. Alors oui, elle savait qu'elle avait changé. Elle avait toujours su être une phénix. Elle avait grandi parmi eux, entourée de sa famille aimante, tous des phénix. Dès le plus jeune âge, on lui avait appris à utiliser ses futurs pouvoirs, à les contrôler et à les manipuler. Mais à cette époque, elle n'était pas la dernière des femmes phénix… Elle avait l'insouciance de la jeunesse dans ses veines et elle était protégée par les siens. A cette époque, elle était une autre personne. Mais malgré cela, malgré les tracas quotidiens d'une vie cachée à échapper aux démons, elle était joyeuse et positive tout ce temps.

Mais Lou n'était pas certaine qu'il en était de même pour l'homme face à elle. Il semblait tellement différent du jeune homme qu'elle avait connu. Déjà à l'époque, Stefan devait faire face à des soucis qu'une jeune héritière comme Lou ne pouvait pas comprendre. Et les années passées semblaient avoir accentué encore et encore les pressions qu'il endurait. Il semblait fatigués, anxieux et énervé à la fois. Lou n'avait jamais, pas une seule seconde, cessé de l'aimer. Sans pour autant, malgré ses cinq siècles de vie, lui avoir dit… Tout ça à cause de ce jeu… Et elle avait, au cours de ses premières années sur cette planète, pu apercevoir aussi le ôté sombre de son beau Stefan. Il l'avait tant blessée, tant anéantie, qu'elle n'avait cru, plusieurs fois, pouvoir survivre au chagrin qu'il lui faisait endurer. Et la voilà, cinq siècle plus tard, face à lui, dans une voiture… Alors oui, elle était stressée. Mais pas parce qu'elle avait peur de ce qu'elle allait dire ou faire, mais parce qu'elle avait peur de ce que lui était devenu. Se pouvait-il que son Stefan soit pire qu'avant ?

La question resta en suspens peu de temps. Parce que Lou vit, au plus profond du regard de l'homme face à elle, que quelque chose le déchirait de l'intérieur. Il avait souffert, cela se sentait. Il semblait plus calme aussi peut-être ?

Le défi qu'il lui imposa stoppa le cours de ses pensées. Au diable, pourquoi avait-elle fait croire qu'elle avait un mari ? Elle aurait, dans ce cas, du pousser le mensonge jusqu'au bout et le faire souffrir comme elle avait souffert elle, le jour où il lui avait annoncé qu'il allait se marier… Rien que par vengeance ! Mais finalement, Lou n'était pas assez méchante en elle pour faire cela… C'était injuste ! Comment pourrait-elle lui faire comprendre un jour que ce qu'il lui avait fait avait gâché sa vie à jamais ? Tout aurait été tellement différent s'il avait agi autrement… Mais on ne change pas le passé, et lui faire vivre la même chose ne servait à rien. De plus, comment être sûr qu'il ressentirait la même chose ? Tel n'avait pas toujours été leur malédiction ? Se tourner autour, se faire souffrir, sans jamais oser se dire je t'aime ?

La blonde lui lança un regard de défi. Il voulait des réponses… Ce qui était normal après tout. Elle aussi se posait un millier de questions à son sujet. A commencer par le fait qu'elle voulait absolument savoir comment était-il encore en vie ? Elle l'avait vu mourir ! Elle l'avait vu affalé, par sa faute à elle, au sol, en sang. Cet instant envahissait encore et toujours ses rêves les plus noirs… Comment avait-il pu survivre à cela ? Et pourquoi était-il encore en vie aujourd'hui ? Lou avait beau vivre entourée de créatures en tout genre, elle restait perplexe sur ce que Stefan pouvait être. Avait-il toujours su être une créature magique ? Pourquoi ne lui avait-il jamais dit ? Elle non plus après tout… On lui avait sûrement fait jurer de ne jamais rien dire au commun des mortels, comme on l'avait fait pour elle quand elle était petite. Pourtant, elle aurait juré, à l'époque, que Stefan était un être humain à part entière. Dans son regard brûlait, aujourd'hui, un air insondable, un quelque chose qui n'avait rien à voir avec l'humanité, un quelque chose de mystérieux et de terrifiant. Il n'était plus le même. Il allait avoir ses réponses. Mais elle aurait les siennes aussi !

Lou n'eut pas le temps d'ouvrir la bouche que la voiture s'arrêtait déjà devant le restaurant. Elle finit donc par le lâcher du regard et descendit de la voiture à sa suite en acceptant l'aide avec reconnaissance. Sa belle robe la gênait un peu mais pas plus que les robes italiennes dont elle avait l'habitude. Les robes du 21ème siècle étaient décidément moins encombrantes ! Elle traversa la rue, tenant Stefan par le bras, et pénétra dans un petit restaurant à la façade en pierre et aux poutres rouges. Rien d'extravagant, mais les petits parisiens de tous les jours ne passaient probablement jamais dans ce restaurant réservé à une certaine catégories de porte-feuilles. Lou était quelqu'un de naturelle, elle aimait les simples balades à pied, elle aimait la nature. Mais son éducation parée de robes en satin, de fleurs, de joyaux et de mets gourmands, n'avait jamais disparue. Après tout, elle était une Médicis, et à travers toutes ces choses luxueuses, il lui semblait voir vivre ses parents…

Un garçon vint les accueillir et les emmenèrent à une table de deux personnes, au calme. Ce n'est qu'une fois assises, que Lou porta de nouveau les yeux sur Stefan. Elle chercha longtemps ses mots. Il y avait certaines choses qu'elle n'avait pas le droit de révéler. Elle ne connaissait plus Stefan après tout et il était hors de question de mettre toute sa grande famille en danger. Elle ne pouvait pas savoir ce qu'il était devenu ni qui il fréquentait…

« Hé bien par où commencer ? IL y a temps de choses à dire… Je ne t'en aurais jamais parlé avant parce que je pensais que tu m'aurais prises pour une folle… Mais aujourd'hui, cela fait plus de cinq siècles que tu es sur cette terre et tu n'as pas pris une ride alors…. »

Lou se mit à sourire, amusée, un peu moqueuse aussi. Elle se passa la langue sur les lèvres, le regard plongé dans ses propres pensées.

« Je ne suis pas tout à fait humaine. Enfin au sens où on l'entend… J'ai comme… des pouvoirs. C'est assez difficile à expliquer… »

Elle hésita encore, se mordant l'intérieur de la joue. Elle soupira, nostalgique. C'était difficile. Stefan était son ami d'enfance, il ne s'était pas passé une seule journée sans qu'elle ne le voit autrefois. Et aujourd'hui elle devait lui expliquer ce qu'elle était, comment elle vivait depuis toutes ces années… Alors qu'elle était restée à jamais avec l'idée que seul lui pouvait réellement connaître la vraie Lou, celle qu'elle était avant, celle qu'elle aimait être. Parce qu'au fond, la Lou courageuse et prête à se sacrifier pour les autres, prête à mettre sa propre vie de côté pour les phénix, ce n'était pas vraiment celle qu'elle rêvait d'être… Elle tendit doucement la main. Elle la passa, sans oser lancer un seul regard à Stefan, par dessus la chandelle qui trônait le milieu de la petite table ronde. La bougie s’éteint et aussitôt, Lou ressentit une douce chaleur, presque intangible, au creux de sa paume. Alors, elle retourna sa main, fermée, et l'ouvrit, paume vers le haut. Une petite flamme, légèrement plus grosse que celle que donnait, quelques secondes auparavant, la bougies, brûlait au creux de sa main. Lou la fixa et la couleur orange vira au rouge puis au violet et enfin au bleu. Lou afficha un léger sourire en coin, et leva les yeux sur Stefan.

« Voilà, je maîtrise le feu. Et le bleu et la couleur de ma flamme. »

Elle referma la paume, coupant le feu, et se contenta de poser la main sur la table.

« Il existe un tas d'autres personnes comme moi, qui ont des pouvoirs. Certaines maîtrisent le feu, d'autres l'eau, le vent ou d'autres éléments. J'ai ses pouvoirs depuis toutes petites mais je pense que tu comprends pourquoi tu n'en n'as jamais rien su. C'est…. En partie à cause d'eux que ma famille s'est faite tuée lorsque j'étais enfant. Depuis, je vis recluse parce que… d'autres personnes cherchent à anéantir les gens comme moi. Et ils sont ma nouvelle famille. Je suis plutôt douée dans mon domaine, même une des plus douée à vrai dire alors… Je les protège. »

Elle savait en avoir assez dit pour expliquer plusieurs choses, mais pas assez pour satisfaire la curiosité de n'importe quelle personne. Mais elle ne voulait pas dévoiler trop de choses tant qu'elle ne saurait pas qui était Stefan aujourd'hui… Alors, elle e contenta d'afficher un léger sourire :

« Si non, on m'appelle Lou maintenant parce que j'ai pris le nom de ma sœur, pour me cacher. Et… je peux récupérer la boîte ou ma réponse n'est pas satisfaisante ? »

Le serveur arrivant juste sur ces mots, elle prit un air un peu renfrogné mais se plia aux règles et attrapa la carte. Grâce à sa capacité à connaître toutes les langues sans mêmes les apprendre, elle avait pu facilement s'intégrer en France. Mais certaines subtilités de la nourriture française la laissait encore de marbre. Elle grimaça en voyant les plat aux foie gras et autres huîtres et se contenta de ferma la carte en commandant des spaghettis aux truffes noires. Enfin, après avoir demandé un bon vin, elle attendit que le serveur reparte vers les cuisines pour reprendre la parole. Subtile, elle ne parla pas de défi, elle voulait obtenir le maximum de réponses sans perdre la boîte. Elle attrapa breadstick et baissa les yeux sur l'aliment, le tournant et le retournant dans ses doigts, sourire moqueur au coin des lèvres.

« Et donc… tu tiens une librairies toi maintenant ? Je ne pensais pas que tu savais lire…. »

~Welcome on my mind~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I'm a blue phoenix. I juste wanna live my life. Don't be a hope. I'm a blue phoenix.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

PELOTE ♡ I've found a reason for me

ღ╭ Stefan P. Oliver ╮ღ


☆ MESSAGES : 16
☆ ARRIVE(E) DEPUIS : 17/05/2015
☆ EMPLOI DU PERSONNAGE : Libraire
☆ PARTICULARITE : Un loup garou doublé d'un sorcier
MessageSujet: Re: [CLOTURE] I am in misery There ain't nobody [Lou & Stef RP2]   Mar 17 Mai - 21:52



Les gens n’ont pas peur de dire je t’aime ; ils ont peur de ne pas l’entendre en retour


Durant le trajet il avait pu constater que Louane était tout aussi stresser que lui, il ne savait pas vraiment quoi dire, par où commencer ? 5 siècles de séparation c’était très long et chacun avait évolué de son côté, connaissant les aléas de la vie et surmontant de nombreuses épreuves. Pour Stefan le plus dure avait était l’absence de Louane, elle l’avait petit à petit rongé de l’intérieur. Depuis le jour où ils s’étaient rencontrés sur ce marché des bas-fonds de Florence, elle était devenue son centre de gravité, c’était elle qui le raccrochait à l’envie de vivre et plus sa pauvre mère. Mais durant toutes ces années il avait aussi pu ressasser leurs moments passé ensemble et c’était aperçu de tous ce qu’il lui avait fait subir. Au début il accusait ce foutu jeu qu’il y avait entre eux, mais c’était très vite rendu compte que c’était belle et bien de son fait et qu’il n’y avait qu’une personne à blâmer et c’était lui. Cette révélation l’avait encore un peu plus anéanti. Aujourd’hui ce n’était plus vraiment le même, le loup en lui n’y était pas pour rien, mais en regardant dans les yeux de la jeune blonde il voyait qu’elle aussi avait changé et cela la rassurai quelque peu.
Une fois descendu de la limousine il resta un instant à la contempler, elle lui attrapa le bras et un frisson le parcouru, c’était une sensation particulièrement agréable. Il se laissa ensuite guider dans les petites ruelles peut fréquenter de la capitale, curieux de voir quel restaurent elle avait choisi. Pendant ce trajet il cogitait déjà à savoir comment il allait faire pour s’éclipser, il ne pouvait pas se transformer devant un publique tranquillement installé autour d’une table pour le diner, et Louane allait surement le prendre pour un monstre, avait-elle seulement conscience de l’existence de créature de la nuit tel que les loups garou ou encore les vampires. Il lui avait demandé de se dévoiler, de révéler une partie de ses secrets, il fallait donc qu’il s’attende à un retournement de situation, elle allait s’en doute tenter de lui tirer les vers du nez. C’est vrai que ne pas prendre une ride en 5 siècles peut paraître surprenant.
Il sorti de sa rêverie quand elle s’arrêta devant un petit restaurant qui ne paillait pas de mine, la façade laisser des pierres apparentes et du lierre grimpait le long d’un pan de mur. Un rapide coup d’œil à l’intérieur l’informa qu’il s’agissait d’un restaurant réservé à une certaine classe social et un léger sourire taquin traversa son visage, la princesse n’oubliez pas ses origines, même après des siècles elle restait une De Médicis.  
Il ouvrit la porte pour laisser entrer Louane et lui emboita le pas. Il fur accueillit par un jeune homme qui les emmena à leur table, dans un coin tranquille légèrement à l’égard. Le regard du serveur c’était un peu trop attardé sur Louane, à son goût, il avait une irrépressible envie de lui faire gouter son point. Il respira profondément, sera les points, ferma les yeux un instant et réussi à ce maîtriser. Il attendit que Louane prenne la parole, il attendait ces réponses. Elle s’emblait hésiter chercher ses mots, il lui sourit pour l’encourager.
« Hé bien par où commencer ? Il y a tant de choses à dire… Je ne t'en aurais jamais parlé avant parce que je pensais que tu m'aurais prises pour une folle… Mais aujourd'hui, cela fait plus de cinq siècles que tu es sur cette terre et tu n'as pas pris une ride alors…. »
Elle n’était donc pas humaine déjà à l’époque où ils étaient enfant, comment avait-il pu ne rien voir ? Elle avait pourtant dû laisser échapper certains signes. N’avait-elle donc pas confiance en lui pour lui avouer ce qu’elle était réellement ? Tous se bousculaient à l’intérieur de lui.
« Je ne suis pas tout à fait humaine. Enfin au sens où on l'entend… J'ai comme… des pouvoirs. C'est assez difficile à expliquer… »
Un sourire moqueur étira ses lèvres, sans blague pas humaine ? Elle tournait autour du pot, cherchant quoi lui révéler. Elle ne lui avait rien révéler dans le passer, pourquoi le ferait-elle maintenant ? Après toutes ces années elle devait se demander si elle pouvait lui faire confiance ? S’il était le même ? Les mêmes interrogations qu’il pouvait avoir à son sujet.
Il la regardait n’osant pas dire un mot, attendant la suite. C’est alors qu’elle s’empara de la flamme de la bougie et la fit virer au bleu. Elle maîtrisait donc le feu, il sourit sachant que lui maîtrisait l’eau, deux éléments totalement opposés. Elle continua son récit et tous s’éclairait petit à petit, le fait qu’elle était introuvable durant toutes ses années, sa famille qui avait était décimé,… Mais il restait encore tellement de points obscurs dans cette histoire, il devra surement s’en contenter pour le moment et rester patient.
Le serveur pris leur commande, pour lui ça sera un risotto aux langoustines. Il se sentait fiévreux mais tenté de ne rien laisser paraître. Une fois le serveur parti il lui tendit la boîte, elle avait rempli sa part du contrat. Il sourit :
- J’aime bien Lou, je trouve que ça te va bien ! et oui je sais lire, 5 siècles ça permet d’apprendre pas mal de chose !
Il attendait ses questions il savait que ça allait tomber à un moment où un autre. Il se sentit soudain pâlir, des gouttes de sueur perlaient à son front et il sera violemment ses poings. Il s’excusa après de Lou et avant de partir lui glissa à l’oreille qu’il revenait vite. Il aurait peut-être dû s’abstenir car sa voix était anormalement rauque. Une fois dans les toilettes il se passa de l’eau sur le visage et chercha frénétiquement un objet dans l’une de ces poches. Une fois trouvé il passa un fin bracelet à son poignet, argent et pierre de lune, il lui avait été donné par une sorcière pour ralentir la transformation. Mais tout le monde sait que l’argent ne fait pas bon ménage sur les lycanthropes, il allait en payer le prix demain mais ça en valait la peine. Il espérait seulement une chose que le diner ne s’éternise pas trop même si il en avait réellement envie car même avec ce bracelet le loup prendra le dessus à un moment où un autre de la nuit.
Il revint à la table et sourit à Lou :
- « Où en étions-nous ? »  

Code by B-NET (c)

~Welcome on my mind~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
C’est comme ça qu’on a gagné la partie. Ensemble. Heureux. Et là, au fond du béton, on a enfin partagé notre rêve d’enfant : le rêve d’un amour sans fin...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

NAO ♥ Love Is A Dangerous Game To Play

ღ╭ Louane de Médicis ╮ღ


☆ MESSAGES : 18
☆ ARRIVE(E) DEPUIS : 14/04/2013
☆ EMPLOI DU PERSONNAGE : Protectrice des Phoenix du monde entier
☆ PARTICULARITE : Est un des plus puissants Phoenix
MessageSujet: Re: [CLOTURE] I am in misery There ain't nobody [Lou & Stef RP2]   Mar 17 Mai - 21:55

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am in misery There ain't nobody
« J'ai le droit aussi… Le droit de l'aimer lui… J'ai le droit de vivre heureux... »



C’était une sensation particulièrement étrange qu’elle ressentait ce soir. Avouer toutes ces choses à Stefan était loin d’être anodin pour elle. Tant de temps s’était écoulé depuis leur séparation... à vrai dire, depuis qu’elle avait cru Stefan mort. Elle avait eu bien assez de temps pour ruminer les choses et se demander maintes et maintes fois ce qu’il se serait passé « si ». Si elle avait fait ceci ou si elle avait fait cela... Et les trois quarts du temps, la question qui refaisait encore et encore surface, c’était de savoir si Stefan serait encore en vie si elle lui avait tout avoué. Ce qu’elle était, d’où elle venait, et qu’elle était sa mission. Parce que peut être qu’il ne serait jamais parti. Ou au contraire, peut-être qu’il aurait fui à toutes jambes. Elle se disait alors simplement qu’elle ne pourrait jamais connaitre la réponse à cette question. Et maintenant, plusieurs centaines d’années plus tard, elle était là, face à lui, à tout lui dévoiler. Et c’était alors maintenant qu’elle allait savoir comment il allait réagir.
Cependant, malgré toutes ces questions, Lou n’était pas folle. Si Stefan était là, c’était qu’il devait, lui aussi, être une créature mythique. Alors il était tout à fait capable de comprendre. Mais l’avait-il toujours été ou l’était-il devenu ? Pendant quelques secondes elle se demanda s’il n’était pas un espion des démons. C’était probable... S’il n’avait pas de pouvoirs à sa naissance, c’était qu’on les lui avait donnés. Et en réalité, il n’y avait que trois façons d’en obtenir. Devenir un vampire, et donc mourir, devenir un loup garou, ou devenir un démon en vendant son âme à ceux-ci. Aucun des trois cas ne lui présageait rien de bons. Les deux premières créatures étaient du genre à fricoter facilement avec les démons. Et s’il en était devenu un lui-même... il ne pouvait que vouloir du mal à elle et sa famille actuelle. Pourtant, même si elle refusait de l’admettre, ça ne pouvait qu’être une de ces trois solutions, car elle était persuadée que Stefan n’avait pas de pouvoirs lorsqu’ils étaient jeunes. Ou s’il en avait eu, il avait vraiment su garder le secret. Bien mieux qu’elle qui avait fait de nombreuses erreur lorsqu’ils étaient petits, à parler de trop et à se rattraper en disant jouer un rôle ou ce genre de choses.

Tant de questions autour de la mystérieuse réapparition de Stefan. Elle ne savait pas trop quoi en penser. Ce soir, il était là, face à elle. Il semblait indécis, presque mal à l’aise. Etait-ce leurs retrouvailles qui le mettait ainsi ? en cinq cent ans, Lou en avait rencontré des monstres en tout genre. Et finalement....

Des gouttes de sueur perlaient sur le front de Stef. Il regardait nerveusement autour de lui et tremblotait presque. Il parlait peu et l’écoutait à peine. Pourquoi avoir accepté un rendez-vous si cela l’embêtait à ce point ? Lou aurait voulu lui poser un millier de questions mais il était loin d’être réceptif. Le voyant de plus en plus nerveux, elle se mit à froncer les sourcils, de plus en plus soupçonneuse. En un rien de temps, elle se mit à calculer, à réfléchir aux quelques réactions qu’il avait eu lors de leur dernière entrevue, et tout à coup tout se rejoignit en elle et elle comprit. Pendant quelques secondes, elle laissa ses sens complètement en éveil, ses sens d’oiseau, ceux qu’elle éteignait la plupart du temps en ville car il y avait trop de monde pour les laisser éveillés. Et alors elle comprit. L’odeur de loup qui émanait de lui était prenante.

Le cœur de Lou se serra. Elle avait tant espéré s’être trompée... Les loups étaient rarement seuls. Il était forcément lié à d’autres comme lui dans le meilleur des cas et dans le pire, il était lié à des démons. Etait-il un espion ? Lui posait-il des questions dans le but de savoir où étaient cachés les Phœnix ? Dans ce cas, cela prouverait à quel point elle était faible. Toutes ces années passées à protéger les siens et elle était là, prête à tout gâcher en quelques heures à peine à cause d’un homme à qui elle n’avait jamais su avouer l’amour qu’elle éprouvait pour lui. C’était complètement puéril et égoïste. Elle n'avait pensé qu'à elle depuis qu'elle avait retrouvé Stefan et elle était en train de mettre en danger les siens. Elle n'en avait pas le droit ! Elle ne vivait que pour les phœnix et rien d'autre ! Où avait-elle la tête après tout ? Elle aurait mieux fait de rentrer chez les dragons et puis point, protéger les siens, elle n'était bonne qu'à ça. Enfin pas autant qu'elle le croyait visiblement.

Louane était perdue dans ses pensées, à se morfondre encore une fois. Trop tiraillée entre le besoin de vivre enfin sa propre vie et le fait que Stefan lui mentait peut être depuis toujours, elle ne savait même pas comment réagir. Cependant, il se leva avant qu'elle ait pu sortir un mot et vint chuchoter dans son oreille pour s'excuser de quitter la table. Et tout basculer avec ce simple geste. Quand elle sentit le souffle de Stefan sous son oreille, puis dans son cou, des frissons lui parcoururent l'échine et elle resta figée jusqu'à ce qu'il soit hors de sa vue. Elle secoua alors la tête pour tenter de s'en remettre mais rien n'y faisait, elle tremblotait encore. Après toutes ces années, il avait encore le même effet sur elle. Et inutile de se le cacher, à quoi bon ? Elle avait donc deux solutions… Fuir maintenant pour qu'il ne la retrouve plus jamais. Ainsi elle mettrait en sécurité les siens et ne serait plus jamais perturbée dans sa mission par lui. Ou alors, elle pouvait rester, l'obliger à avouer pour qui il travaillait et peut être lui faire entendre raison. Mais dans ce deuxième cas, elle serait encore et toujours incapable de savoir s'il jouait un rôle ou s'il était sincère. Tout comme elle ne l'avait jamais su depuis leur première rencontre… Choix Cornélien quand tu nous tiens…

Quand Stef revint s'asseoir pour demander où ils en étaient, Lou avait fait son choix. Et elle comptait si tenir. La pleine lune jouait en sa faveur, il serait incapable de se contrôler et ce serait alors plus simple d'avoir le dessus. Louane n'avait pas peur des loups garous. Son phénix était bien plus puissant que cela, créature mythique qu'il était. Mais elle n'avait quand même pas envie d'être blessée. Il fallait agir vite.

Sourire narquois au visage, elle changea du tout au tout, perdant sa timidité et sa douceur, pour redevenir l'un des Médicis qu'elle avait été, hautaine et dominatrice. Attrapant un morceau de pain lorsque le serveur posa leurs assiettes devant eux, elle lâcha :

« J'ai une faim de loup, pas toi ? »

Prenant ses couverts, elle s'attaqua avec appétit à son assiette en continuant de parler :

« Je me disais qu'on pourrait aller se faire une petite balade après manger. Il y a un immense parc derrière l'hôtel où je vis en ce moment et il est très agréable. Beaucoup de monde s'y promène quand la lune est levée et on peut même se baigner dans le petit lac. Ça te dirait d'y aller ? »

Lou avala d'une traite son verre de vin, le reposa, et haussa un sourcil moqueur :

« Ça n'a pas l'air d'aller. C'est ma présence qui te rend tendu comme ça ? Tiens d'ailleurs, j'ai répondu à tes questions ! A ton tour maintenant. Comment tu t'en es sorti le jour où j'étais persuadée t'avoir vu mourir et avoir perdu tout ce que j'avais ? »

~Welcome on my mind~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I'm a blue phoenix. I juste wanna live my life. Don't be a hope. I'm a blue phoenix.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

PELOTE ♡ I've found a reason for me

ღ╭ Stefan P. Oliver ╮ღ


☆ MESSAGES : 16
☆ ARRIVE(E) DEPUIS : 17/05/2015
☆ EMPLOI DU PERSONNAGE : Libraire
☆ PARTICULARITE : Un loup garou doublé d'un sorcier
MessageSujet: Re: [CLOTURE] I am in misery There ain't nobody [Lou & Stef RP2]   Mar 17 Mai - 21:58



Arrache-moi le cœur, que je ne puisse plus avoir peur


Une fois revenu à sa place, il s’aperçu rapidement du changement de comportement de Lou, son regard c’était durci, elle avait l’air de s’être fermé, elle était … méfiante. Stefan n’osait plus ouvrir la bouche, il était pétrifié à l’idée de savoir qu’elle sache, qu’elle connaisse sa vraie nature et qu’elle le rejette, qu’elle le haïsse.
Quand les plats arrivèrent il n’eut plus aucun doute, elle savait. Il manqua même de s’étouffer lorsqu’elle évoqua sa faim de loup. Et ça ne s’arrêtai pas là, la belle blonde avait pleinement conscience du fait que ce soir c’était la pleine lune et il semblerai qu’elle ait envie de pousser à bout Stefan. Elle savait très bien que ce soir il se transformerait et pourtant elle l’invita à faire une promenade dans le parc proche de chez elle, qui était bien sûr bondé, surtout durant les nuits claires de pleine lune. Elle ne lui faisait clairement plus confiance et ce n’était pas étonnant connaissant la réputation dont étaient affublés les loups garou, des créatures sanguinaires vivant la plupart du temps en meute et si ce n’était pas le cas ils se mettaient au service de démons, il existait pourtant des exceptions et Stefan en faisait partie. Elle savait qu’elle avait vu juste, Stefan ne fut donc pas surpris par sa question :
« Comment tu t’en es sorti le jour où j’étais persuadée t’avoir vu mourir et avoir perdu tout ce que j’avais ? »
Il allait falloir qu’il soit persuasif s’il ne voulait pas la perdre de nouveau, il décida donc de jouer carte sur table, de tout lui révéler, espérant qu’elle ne prendrai pas cela pour une ruse diabolique. Il ferma les yeux et souffla un bon coup :
« Je sais que tu sais… alors même si tu dois maintenant me prendre pour un monstre, je te supplie de m’écouter »
Il releva les yeux et les planta dans les siens, ce regard ce n’était plus celui du Stefan de 564ans mais du petit garçon des bas font de Florence, qui n’avait qu’une seule peur perdre sa meilleure amie, sa confidente, sa compagne de jeu et même s’il n’avait pas voulu l’avouer il y a plus de 500ans il s’agissait aussi de son âme sœur. Après quelque seconde de silence, il débutât son récit et replongeât dans son passé :
« Alors voilà, la nuit où j’ai bien failli mourir (il posa machinalement la main sur sa poitrine, à l’endroit même où se trouvait la cicatrice laissé par l’épée du garde), une fois que les gardes t’ont arraché à moi, j’attendais que la vie me quitte totalement, mais le destin en décida autrement. Je ne sais pas si tu te souviens de l’aubergiste qui avait décidé de me prendre sous son aile… et bien il s’agissait d’un lycanthrope (il n’osa pas croiser le regard de Lou)… et cette nuit où je fus poignardé et bien c’était un nuit de pleine Lune… il a été attiré par l’odeur de mon sang et m’a mordu… je ne me souviens plus de rien après puisque j’ai perdu connaissance et me suis réveillé plusieurs jour plus tard dans ma chambre à l’auberge. Mon père adoptif m’a révélé la situation et ce que j’étais devenu. Je ne pensais qu’à une chose te retrouver mais il m’en empêcha, il fallait d’abord que je maitrise le loup en moi. Il m’emmena donc à l’écart dans un chalet dans la montagne loin de toute civilisation, il ne voulait pas que je reproduise les mêmes erreurs que lui, il ne voulait pas que je … tue, il ne voulait pas que je vive avec ce fardeau sur la conscience que lui devait affronter jour après jour. Les premières transformations ont été atroce (il grimaça au rappel de ce souvenir) et je n’avais plus aucun souvenir des nuits de pleines lune mais petit à petit j’ai réussi à prendre le dessus et… mes pouvoirs ont commencé à faire leurs apparitions, j’ai d’abord cru que c’était lié à ma transformation mais mon père adoptif a vite fait le lien avec mon sang… mon père inconnu… il devait s’agir d’un sorcier ».
Il croisa le regard de Lou et décida d’illustrer ses propos. Il regarda si personne ne les observai et plaça sa main au-dessus de la carafe, l’eau en sortie et se mis à tournoyé sous forme d’une sphère au creux de sa main.
« Toi c’est le feu et moi c’est l’eau » dit-il simplement.
Il continua à évoquer son passé, les codes que lui avait inculqué son père adoptif, celui-ci lui avait tout appris en ce qui concerne la lycanthropie et l’avait mis en garde sur les démons car les loups solitaires sont très sollicité par ces êtres démoniaques. Mais aussi le fait qu’une fois qu’il avait su pleinement contrôlé son loup, il avait été envoyé dans un institut qui se situe à Paris et c’est là qu’il avait appris à maîtriser ses pouvoirs et à les développer. Il lui révéla également toutes ces années passées à sa recherche, il n’avait jamais abandonné, un sourire fade se dessina sur son visage :
« Et c’est quand je ne te recherche pas que tu réapparais ».
Il leva un regard suppliant vers elle :
« Je sais ce que tu penses… tu te demandes si tu peux me faire confiance, si tous ce que je t’ai raconté n’ai pas qu’une ruse pour t’atteindre toi et ta famille… Alors je ne te demanderai qu’une seule chose de réfléchir à ce que je t’ai dit, je peux te promettre que je n’ai jamais côtoyé de démon du moins pas dans le sens d’une relation amicale et aussi que la seule meute à laquelle j’ai appartenue ne comptait que deux membres : moi et mon regretté père adoptif ».
Des larmes de rages commençaient à lui monter aux yeux, cette foutu lune influait sur ses humeurs.
« La seule fois où j’ai rencontrai des démons, c’est parce que je l’ai avait traqué pendant des mois pour tenter de les tuer et les faires autant souffrir qu’ils avaient fait souffrir mon père adoptif avant de l’achever… Ils étaient venu le voir pour essayer de le rallier à leur cause mais il avait ses principes les mêmes qu’il m’a inculqué et il a donc refusé et bien sûr ils n’ont pas vraiment apprécié ».
Il planta son regard dans celui de Lou et tenta de déchiffrer ce qu’elle pensait.
« Voilà je t’ai tout dis, tu peux aller à l’institut ils te confirmeront mes dires. A toi d’y croire ou non… Tu sais très bien que je dois décliner ton invitation à poursuivre le rendez-vous, les parisiens n’ont pas vraiment l’habitude de voir un loup se balader dans les rues en pleine liberté » dit-il d’un aire moqueur.
Il releva sa manche pour dévoiler le bracelet qui laissé déjà des marbrures sur son bras, l’argent lui empoisonné le sang (les prochains jours allait être difficile) :
« Et même si ce bracelet qui m’a été confié par une professeur à l’institut, me permet de grappiller quelques heures, il ne bloque pas totalement la transformation ».
C’était la première fois qu’il se confié autant à une personne, mais ce n’était pas n’importe quelle personne et dans tous les cas même si elle ne lui avait pas posé la question, il se serait tout de même confié. La seule chose qui l’inquiétait dorénavant c’est qu’elle le rejette et ne voit en lui qu’un monstre qui pourrait lui nuire ainsi qu’à sa grande famille.


Code by B-NET (c)

~Welcome on my mind~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
C’est comme ça qu’on a gagné la partie. Ensemble. Heureux. Et là, au fond du béton, on a enfin partagé notre rêve d’enfant : le rêve d’un amour sans fin...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

NAO ♥ Love Is A Dangerous Game To Play

ღ╭ Louane de Médicis ╮ღ


☆ MESSAGES : 18
☆ ARRIVE(E) DEPUIS : 14/04/2013
☆ EMPLOI DU PERSONNAGE : Protectrice des Phoenix du monde entier
☆ PARTICULARITE : Est un des plus puissants Phoenix
MessageSujet: Re: [CLOTURE] I am in misery There ain't nobody [Lou & Stef RP2]   Mar 17 Mai - 22:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am in misery There ain't nobody
« Si tu me demandais de croire à demain, je me retournerais contre mon destin. »



Le changement d'ambiance radical était visible, même pour les tables voisines qui commençaient à jeter un œil de temps en temps à Stefan et Lou. La tension entre eux étaient maintenant palpable. Lou ne se démontait pas et continuer de manger tranquillement. Le fait de s'occuper les mains l'empêcher de s'énerver. Disons que sa conscience lui disait de partir, de ne plus jamais le revoir, parce qu'elle savait que s'il était un espion, il serait prêt à raconter tout et n'importe quoi pour la mettre en confiance. Elle devait se méfier et elle le savait. Pourtant, la Luna qu'elle était depuis sa naissance ne pouvait se résoudre à ce que Stef, son Stefan, son ami d'enfance, le seul homme qu'elle ait jamais aimé, puisse être aussi mauvais que ça et souhaiter la mort de tout un peuple. Mais après tout, en creusant bien, elle se rendait compte qu'il y avait toujours eu une part de mystère en lui. Avant, elle trouvait que ça lui donnait son charme et que ça faisait sa personnalité. Aujourd'hui, elle avait juste envie de se méfier. Lou n'avait jamais été capable de savoir ce que Stefan pensait. Depuis toujours, c'était le grand mystère de sa vie, elle n'avait jamais été capable de savoir s'il jouait ou s'il disait la vérité. Et aujourd'hui encore, plus que d'habitude, elle doutait.

Alors oui, sa raison lui disait de partir, de ne pas l'écouter, de ne pas avaler tout son mensonge. Et pourtant… Pourtant son coeur ne souhaitait que le croire. Son coeur ne voulait que se dire que tout cela était la vérité et que Stefan était toujours celui qu'elle avait cru qu'il était.

A mesure qu'il parlait, elle commençait peu à peu à oublier pourquoi elle devait se méfier. Elle avait tellement envie, au fond de son coeur, de le croire, qu'elle écoutait ses paroles sans ciller. Il lui fit, de la même manière qu'elle quelques minutes plus tôt, une démonstration de ses pouvoirs ; Ainsi donc, Stefan avait lui aussi eu des parents sorciers. Comment aurait été leur enfance s'ils l'avaient su plus tôt ? Parfois, Lou aurait aimé être capable de remonter le temps et de simplement revenir à son enfance et y rester pour toujours…  

Il se mit à la supplier de l'écouter et Lou en fut intriguer. Son ton n'était pas celui d'un menteur et pourtant… Elle ne savait toujours pas si elle pouvait lui faire confiance. Chaque parole qu'il prononça par la suite, chaque mot, fut comme un coup de poignard dirigé en plein coeur. A mesure qu'il parlait, c'était comme si des pieux de glaces s'enfonçaient en elle, la laissant pour morte. Il semblait avoir tant souffert. Comment pouvait-elle lui en vouloir. Comment pouvait-elle le juger, elle, alors qu'elle ne pouvait que connaître toutes ces souffrances. S'il disait vrai, il était seul depuis tellement longtemps. Alors qu'elle avait toujours été accompagnée, elle, par les dragons. Elle avait eu des amis, des amants, elle avait rencontré des gens, elle avait toujours été traitée en princesse dans son temple. Elle n'avait que de cesse de se plaindre de n'avoir jamais vécue une vraie vie, mais dans le fond, elle n'avait jamais été seule.

Louane finit par poser doucement ses couverts de part et d'autre de son assiette. Elle laissa son empathie, développée par ses pouvoirs depuis qu'elle avait reçu sa flamme de phoenix, glisser doucement dans la salle. C'était un pouvoir bien utile quand on dirigeait toute une race qui se décimait peu à peu. Mais en plein centre ville, c'était un pouvoir horrible. Quand elle ressentit la rage, mêlée à la tristesse que ressentait Stefan, elle eut le souffle coupé. Il ne pouvait pas mentir, pas en ressentant tout cela. N'est-ce pas ? Lou se mordit la joue en levant ses yeux bleus vers lui.

Le temps parut s'arrêter. Il n'y avait plus qu'eux. Elle retint sa respiration l'espace d'un instant. Les bruits autour d'elle semblaient sourds, elle n'entendait presque plus rien. Seule la voix de Stef parvint doucement jusqu'à ses oreilles, comme un murmure « Et c’est quand je ne te recherche pas que tu réapparais »…

Elle écouta le reste, ne le coupant jamais, retenant chacune de ses paroles dans un coin de sa mémoire. Alors, seulement, elle se passa une main dans les cheveux quand il eut finit et leva la main, claqua des doigts pour appeler le serveur, avec des airs de princesse à qui on n'a jamais rien refusé, puis elle ordonna qu'on leur débarrasse leur table. Le serveur s'exécuta et Lou lui tendit une poignet de billet, sans avoir demandé l'addition, puis elle se leva. Un autre membre du personnel lui apporta son fin gilet et le lui enfila puis elle se dirigea vers la sortie quand Stefan l'eut rejoint.

Arrivée dehors, Louane leva le nez vers le ciel et observa les quelques étoiles qui commençaient à apparaître, ainsi que la lune que l'on commençait à voir au-delà des bâtiments de la ville. Elle esquissa un sourire sur le coin de ses lèvres. Ses cheveux blonds semblaient couleur argent avec les quelques rayons de la lune qui perçaient le ciel et se posaient doucement sur le haut de sa tête. Sa peau devenait translucide, presque bleue. A mesure que la nuit avançait, partout dans le monde, les démons sortaient pour tuer, torturer, décimer, les créatures de la nuits faisaient elles aussi leur apparition, les loups garous hurlaient, et les autres créatures se révélaient. Était-ce donc ça, n'être pas humain ? Lou baissa un instant les yeux sur sa propre main. Quoiqu'il en soit, elle savait être une formidable créature et n'en avait jamais douté. Alors, elle leva les yeux sur lui, sur son Stefan, et lui sourit, douce, moins prétentieuse.

« Avec moi, tu n'as pas à te cacher. »

Elle s'approcha de lui, sans jamais lâcher son regard. Puis elle tendit délicatement les mains vers son poignet et en un geste délicat et lent, sensuel, presque passionnel, elle lui retira son bracelet….

Lou n'avait jamais assisté en direct à une transformation de Lou, mais elle en savait assez pour y être préparée. Tout se passa très vite, plusieurs émotions se succédèrent sur le visage de Stefan quand il comprit ce que Louane était en train de faire. En un clin d'oeil, il se transforma en ce que les gens pouvaient, à l'époque, nommer « bête sanguinaire ». Les pensées de Lou vagabondèrent quelques secondes. Est-ce qu'au XXI ème siècle, les gens craignaient encore les loups ? Les trouveraient-on moins dangereux maintenant qu'on les regardaient tout le temps à la télévision ?

Un quart de seconde après qu'il se soit transformé, Lou ferma les yeux, pencha la tête en arrière, écarta les bras, et se mit à sourire, de ce sourire si frais, si pur, si réel, qu'il lui illumina le coeur. Au sens réel du terme ! Sa poitrine se mit à luire d'un bleu profond et aussi pur que son sourire puis tout son corps s'enveloppa dans une immense flamme bleuté. Quand le feu s'éteignit, un magnifique et gigantesque oiseau bleu, argent et blanc se tenait à sa place. En un clin d'oeil, Lou battit des ailes, s'envola de quelques centimètres, attrapa le loup dans ses serres, et s'envola haut au-dessus de Paris, se dirigeant vers les forêt alentours.

Le loup entre ses griffes s'agitait, peureux, incapable de se défendre au vu de la position dans laquelle il était. Lou, elle, était encore elle-même. Si, autrefois, elle ne se souvenait quasiment plus de ses premières transformations, comme si elle était tombée dans le coma, maintenant elle avait appris à restée éveillé. Le Phoenix ne fonctionnait pas de la même manière que quelqu'un transformé en créature par obligation, par quelqu'un d'autre, par morsure. Non, les Phoenix l'étaient dès la naissance, et ils ne faisaient qu'un avec leur créature. Ils étaient leur créature. Pendant le trajet, la belle blonde se demanda ce qu'il en était de Stefan. Avait-il aperçut sa transformation ? Ou était-il dans le coma, au fond de sa bête ?

Quand elle arriva vers l'endroit où elle se dirigea, Lou descendit lentement vers le sol en priant pour que personne, dans la petite rue de Paris, n'ait aperçu son manège. Elle desserra lentement les griffes à un mètre du sol et lâcha le loup. Quant à elle, elle resta en l'air, battant très lentement des airs, dans un souffle qui respirait la magie, et l'observa. Et ainsi, toute la nuit, elle resta à ses côtés, au-dessus, comme un ange qui veillerait.

Le matin, quand l'homme reprit la place du loup, exténué qu'il était, elle l'enferma de nouveau, cette fois encore plus délicatement, dans ses griffes, et le transporta jusqu'aux portes de Paris. Reprenant sa propre apparence humaine, elle se débrouilla pour acheter des vêtements et revint attendre, dans le petit bois qui jouxtait la ville. Lou s'assit donc près de lui, contre un arbre, sourire moqueur aux lèvres, et attendit patiemment qu'il se réveille en grignotant des framboises.

~Welcome on my mind~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I'm a blue phoenix. I juste wanna live my life. Don't be a hope. I'm a blue phoenix.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

PELOTE ♡ I've found a reason for me

ღ╭ Stefan P. Oliver ╮ღ


☆ MESSAGES : 16
☆ ARRIVE(E) DEPUIS : 17/05/2015
☆ EMPLOI DU PERSONNAGE : Libraire
☆ PARTICULARITE : Un loup garou doublé d'un sorcier
MessageSujet: Re: [CLOTURE] I am in misery There ain't nobody [Lou & Stef RP2]   Lun 23 Mai - 21:19



Un réveil difficile  



Lou l’avait écouté sans sourcillée durant son récit, dans un premier temps dure et renfermé, puis elle c’était ouverte petit à petit comme si elle avait su lire en lui et avait eu un déclic. L’avait-il convaincu ? Avait-elle compris ? Quand il eut terminé, il s’attendit à ce qu’elle prenne la parole, qu’elle lui dise quelque chose, mais rien. Alors il resta là assis sur sa chaise, ne savant quoi penser. Il la regarda prendre ses aires de princesse et ordonner qu’on débarrasse leur table, cela lui arracha un sourire et il leva les yeux au ciel. Un autre serveur lui enfila son gilet et il l’a suivie vers la sortie.

Une fois dehors, il attendit que la jeune blonde scelle son destin, était-ce la dernière fois qu’il la verrait ? Allait-elle lui faire ses adieux et partir de nouveau pour ne jamais revenir ? Il commençait à être nerveux et l’observait, elle était si belle au claire de lune, il aurait même juré que ses cheveux et sa peau c’était teinté d’une légère couleur bleutée. Elle reporta son attention sur Stefan qui attendait derrière elle, ne savant quoi faire. Elle s’approcha et lui sourit, d’un sourire chaud qui se voulait rassurant. Elle l’avait donc cru, elle n’allait pas le quitter… Tout s’accéléra dans la tête de Stefan, il ne bougea toujours pas et ne détourna pas son regard qui était planté dans le sien. Il l’entendit murmurer à son oreille qu’il n’avait pas à se cacher, pas avec elle tout du moins et il sentit sa main glisser le long de son bras pour atteindre son poignet gauche. Quand elle eut atteint le bracelet il eut un léger mouvement de recul mais ne l’empêcha pas pour autant de lui ôter le bijou qui tomba dans un cliquetis métallique. Les émotions l’envahir et juste avant que la transformation se produise il sourit à son amie et porta sur elle un regard emplit de reconnaissance. A la place de l’homme qui se trouvai là quelque seconde au paravent se trouvait maintenant un magnifique loup gris avec les yeux vairons. Il s’assit face à Lou et l’observa prendre feu et se transformé en un magnifique oiseau bleu et argent. Stefan compris alors, c’était donc une phœnix, voilà pourquoi elle devait protéger sa famille. Quand elle saisit le loup dans ses serres, il glapit et s’agita. Stefan qui était encore là mais comme enfermé dans une petite pièce vitré dans l’esprit du loup, tenta de le rassurer et petit à petit l’animal se calma. Stefan avait mis du temps mais il avait réussi à apprivoiser le loup en lui, il n’était plus plongé dans le noir complet comme dans un semi coma. Il voyait ce que voyait le loup et l’influençai.

Lou descendit peu à peu vers la forêt qui bordait Paris et lâcha le loup à un peu moins d’un mètre du sol, une décharge douloureuse parcouru sa patte gauche, le bracelet en argent qui avait empoisonné son sang l’avait affaiblit. Il s’enfonça dans la forêt et commença sa promenade au clair de lune. De temps en temps Stefan influençai le loup à jeter un coup d’œil vers Lou pour s’assurer qu’elle était encore là et se fut le cas toute la nuit.
 
Quand Stefan se réveilla, il ouvrit un œil et aperçut Lou adossé contre un arbre, grignotant des framboises. Elle avait un sourire moqueur aux lèvres et ce sourire s’élargit quand il tentât de se redresser en grognant. Il devait être pitoyable à voir, des cernes violet encadré ses yeux, son bras gauche était marbré de violet à cause de l’empoisonnement et il n’arrivait pas à ouvrir totalement les yeux à cause du soleil qui lui brûlai les yeux.

« Tu es restée princesse ! » t-il avec un sourire au coin des lèvres « Tu n’étais pas obligé de faire ça… mais merci… »

Il était nu comme un ver fasse à Louane toujours assise contre son arbre en l’observant l’air taquin.

« Euh… tu sais d’habitude je prévois des vêtements que je cache dans un arbre avant ma transformation, mais cette nuit tu m’as un peu pris de court. Alors voilà, plutôt que déambulé dans Paris jusqu’à chez moi dans la tenue d’Adam, tu pourrais me trouver un petit quelque chose à me mettre sur le dos. »

Elle le fit mariner quelque temps, jusqu’à ce qu’il se lève dans un grognement de douleur pour rentrer chez lui l’air quelque peu renfrogné, peut lui importait que les gens le dévisage et le juge, certains riverains avaient dû voir bien pire en croisant de beau matin les jeunes parisiens sortant d’une soirée bien arrosée.

C’est à ce moment qu’elle décidât enfin de sortir de son sac une paire de jeans et un sweat. Stefan lui arracha des mains et grogna un merci. Tout son corps le faisait souffrir et il boitait légèrement, mais il essayait de ne rien faire paraître devant Louane et allait devoir serrer les dents.

« Tu veux venir boire un café à la librairie ? » lui proposa-t-il une fois vêtue.

Code by B-NET (c)

~Welcome on my mind~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
C’est comme ça qu’on a gagné la partie. Ensemble. Heureux. Et là, au fond du béton, on a enfin partagé notre rêve d’enfant : le rêve d’un amour sans fin...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

NAO ♥ Love Is A Dangerous Game To Play

ღ╭ Louane de Médicis ╮ღ


☆ MESSAGES : 18
☆ ARRIVE(E) DEPUIS : 14/04/2013
☆ EMPLOI DU PERSONNAGE : Protectrice des Phoenix du monde entier
☆ PARTICULARITE : Est un des plus puissants Phoenix
MessageSujet: Re: [CLOTURE] I am in misery There ain't nobody [Lou & Stef RP2]   Mer 8 Juin - 11:41

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I am in misery There ain't nobody
« Si tu me demandais de croire à demain, je me retournerais contre mon destin. »



Le matin, la nature semblait toujours plus lumineuse. Comme si la rosée avait le même effet qu'une nouvelle couche de peinture fraîche. Les feuilles des arbres semblaient briller d'une lumière interne, les rendant vertes claires, presque fluorescentes. Le ciel, parcouru par quelques nuages lents et cotonneux, semblait vibrer d'une énergie nouvelle reflétant la journée qui commençait. Les oiseaux chantaient, se nourrissant dans les quelques creux formés par les feuilles remplies de rosée et les insectes sortaient doucement, à la recherche d'une fleur à butiner. Cette atmosphère, Louane l'adorait. Les yeux parcourant la moindre parcelle de nature autour d'elle, elle observait chaque détail. En tant d'année, la nature était toujours la même. Ses odeurs, ses sons, ses couleurs, peu de choses avaient changé. C'était bien la seule chose qui lui rappelait l'époque dans laquelle elle était née et avait grandi. Le côté négatif de cette nouvelle époque dans laquelle avait l'impression d'émerger, c'était que des coins de nature de ce genre, il en existait très peu…

Lou avait l'impression de découvrir cette nouvelle époque petit à petit. Trop longtemps enfermée dans son temple, elle n'avait pas vraiment pris le temps d'évoluer, de voir ce qui se faisait de nouveau. Mais elle apprenait vite. Et ses nouvelles tenues en témoignaient. Jamais, auparavant, elle n'aurait oser porter de pantalons ! Et encore moins des shorts aussi courts que celui qu'elle portait ce jour-là.

Perdue dans ses pensées, elle en oublia presque sa présence en ces lieux. C'est lorsque Stefan remua, qu'elle revint à l'instant présent. Les yeux posés sur lui, elle haussa un sourcil taquin en le voyant nu. Elle l'avait observé toute la matinée, et n'en était pas surprise, mais maintenant qu'il était éveillé, cela avait un autre effet. Louane avait déjà vu Stefan nu un nombre incalculable de fois dans leur jeunesse, lorsqu'ils allaient au lac se baigner, mais il n'y avait eu qu'une seule nuit durant laquelle elle l'avait vu nu pour partager son lit. Cette fameuse nuit ou elle avait osé lui demander s'il était cap de l'aimer. Ce jeu, ce stupide jeu qui ne lui avait jamais permis de savoir s'il l'aimait réellement ou s'il voulait juste gagner. Ce jeu qu'il avait toujours suivi, comme elle, jusqu'à la faire souffrir au plus au point. Ce jeu qui les avaient mené tant de fois à se perdre…

Par pudeur, peut être aussi parce que le souvenir trop douloureux de cette fichue nuit ou tout avait basculé, elle détourna le regard quelques secondes plus tard pour le laisser s'habiller. L'entendre l'appeler princesse réveilla des souvenirs plus doux, moins tranchants. Sa vie serait-elle toujours ainsi ? Allait-elle ressasser sans cesse des parties de sa vie sans jamais pouvoir se tourner définitivement vers l'avenir ? Était-ce la contrepartie de tant de pouvoirs ? Peu importait, l'appellation lui plut, encore et toujours.

Terminant ses framboises, elle se leva ensuite en revenant vers lui. Lou haussa les épaules à sa réplique et ria doucement :

 « Mais oui, c'est ça, je te crois. Avoue simplement que tu aimes te promener nu !! »

A leur époque, cela aurait été tellement mal vu que parfois, elle avait du mal à faire la part des choses. Ils avaient de nombreuses fois franchies la limite infranchissable lorsqu'ils étaient jeunes. A partir de quel moment devaient-ils se rendre compte qu'ils n'étaient pas seulement amis ?

Louane lui tendit enfin les vêtements qu'elle était allée chercher un peu plus tôt et rit en voyant son air renfrogné. Cinq cents ans plus tard, il n'appréciait visiblement toujours pas qu'elle puisse avoir le dessus… Pourtant, il était plus calme, bien plus calme que ce dont elle se souvenait. L'âge l'avait-il assagit ? Ou alors les responsabilité que comporte le fait d'être un loup ? Peut être bien les deux après tout…

Louane fronça les sourcils lorsqu'elle le vit agir. Il ne tenait pas droit, il grognait et sembler résister contre quelques choses. Souffrait-il ? Elle se passa la langue sur les lèvres et sortit son téléphone portable. Outil tellement pratique quand on ne pouvait pas se transformer à tout vas dans une si grand métropole ! Elle appela son chauffeur en lui indiquant ses coordonnées. Puis elle récupéra son sac au sol, qui avait contenu les vêtements quelques secondes plus tôt, et elle en sortit la boîte à musique. Elle sourit, la fit tourner entre ses doigts en l'observant. Elle avait perdue ses couleurs et quelques uns de ses dessins, mais elle valait, à ses yeux, tout l'or du monde, même si elle avait depuis le début été la source de ses malheurs. Louane se hissa sur la pointe des pieds et embrassa Stefan sur la joue, comme elle l'avait si souvent fait à l'époque. Elle se recula ensuite en secouant la tête et agita la boîte avec un sourire malicieux :

 « Non merci. Je vais te laisser rentrer chez toi, ma voiture t'attend pour te raccompagner. Mon chauffeur s'est garé juste à la sortie de la forêt. Il faut que tu te reposes et que tu sois en forme pour récupérer ça ! »

Tirant la langue à la manière d'une petite fille gâtée, elle rit et s'enfuit en courant à travers les bois. Elle avait, quant à elle, juste besoin de voler…

End


~Welcome on my mind~



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I'm a blue phoenix. I juste wanna live my life. Don't be a hope. I'm a blue phoenix.
Revenir en haut Aller en bas



ღ╭ Contenu sponsorisé ╮ღ


MessageSujet: Re: [CLOTURE] I am in misery There ain't nobody [Lou & Stef RP2]   


~Welcome on my mind~

Revenir en haut Aller en bas
 

[CLOTURE] I am in misery There ain't nobody [Lou & Stef RP2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'ELLOWYNE WILDE COMPANY LOVES MISERY DE LILLIROSETTE
» Eléonore vous présente Léopoldine (ellowyne company loves misery)
» 2010 - Ellowyne Wilde - Company Loves Misery
» Daphné est arrivée !!! ( Ellowyne WO2 / Get happy outfit )
» Etape 16 : Belluno Nevegal (alt.) (12,7km clm) : cloture mardi 24 mai, 11h
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once upon an End :: Archives-